Prévenir le burn-out : quels projets pilotes ont été lancés ?

19/07/2018

Le législateur mise sur la prévention du burn-out. C’est pourquoi différentes organisations créent des projets pilotes pour pouvoir aborder la problématique. Après Fedris, Möbius a aussi récemment lancé un appel à candidature pour son projet pilote. Ci-dessous, vous trouverez un aperçu des initiatives les plus importantes et de vos possibilités en tant qu'employeur.

Projet pilote Fedris : suivi individuel pour un travailleur

Avec le projet Fedris (Agence fédérale des risques professionnels), un travailleur peut recevoir un suivi individuel sur mesure par un professionnel spécialisé dans les burn-out. Fedris prend en charge les frais (plafonnés). Le suivi est ouvert aux travailleurs qui présentent les premiers symptômes d’un burn-out ou qui risquent d’en présenter. Le travailleur doit toujours être en activité ou être en incapacité de travail depuis moins de deux mois. Pour l’instant, seuls les travailleurs qui exercent dans une banque, une institution financière (excepté le fonds de pension et les assurances), un hôpital ou une maison de repos peuvent bénéficier d’un suivi.

En tant qu’employeur, vous n’êtes pas obligé de vous inscrire. Vous pouvez évidemment en informer vos travailleurs, mais cela n’est pas obligatoire. La convocation de vos travailleurs n’entraine aucun engagement : un travailleur peut se proposer comme candidat, mais n’est pas obligé de le faire. Aucune date butoir n’est prévue pour se proposer comme candidat.

Projet pilote NAR : subside de  8 000 € pour les employeurs

Le Conseil national du travail (CNT) appelle les employeurs à soumettre des projets destinés à prévenir les risques psychosociaux en général chez les travailleurs, en particulier le burn-out. En tant qu'employeur, vous pouvez recevoir un subside de maximum 8 000 €. Laissez-vous aider par un responsable de projet ou une organisation d'accompagnement.

Il ne s’agit pas d’une obligation légale. La convocation est sans engagement : en tant qu’employeur, vous pouvez soumettre un projet, mais vous n’en êtes pas obligé. Le projet est également ouvert à tous les employeurs provenant de divers secteurs. Cependant, nous attendons toujours un arrêté royal définitif élaborant concrètement les conditions du projet.

Depuis juillet 2018, vous pouvez, en tant qu’employeur, soumettre une demande sur le site du CNT. Les projets doivent être soumis le 15 septembre au plus tard.

Projet pilote Möbius : initiatives de la part des prestataires de service et des organisations

Möbius appelle les organisations à adopter des initiatives créatives et innovantes pour pouvoir aborder la prévention des affections mentales liées au travail.

L'appel de Möbius ne s’adresse pas tant aux employeurs. Toutes les éventuelles parties intéressées peuvent soumettre un projet : les entreprises, les organismes publics, les universités, les assureurs, les psychiatres, les associations de patients, les médecins, les mutualités, les services internes, les services de prévention externes,… Les organisations peuvent également collaborer et soumettre un « projet commun ». C’est le trajet que Möbius choisit de préférence.

Les projets peuvent s’étendre à d’autres domaines que la prévention du burn-out tels que la prévention du bore-out, l’addiction au travail, la dépression, le stress, etc. Il s'agit de toutes les affections mentales qui ont un lien avec le travail, même si le travail n'est pas la seule cause de l'affectation.

Les projets et les candidats sélectionnés reçoivent un budget allant de 10 000 € à 300 000 €. Les candidats doivent effectuer eux-mêmes une estimation objective du coût total de leur projet. Les projets doivent être soumis le 21 septembre 2018 au plus tard.

Autres projets ?

D’autres institutions et organisations participent également à des projets : l’INAMI, le SPF ETCS, Empreva ou encore le Conseil supérieur de la santé. Néanmoins, ces projets ne sont pas encore concrets ni actifs. En tant qu’employeur, vous ne pouvez donc encore rien entreprendre afin de souscrire à ces projets.

Pour l’instant, quelles sont les obligations concernant la prévention du burn-out qui reposent sur l’employeur ?

Pour le moment, l’employeur a :

  • l’obligation d’effectuer une analyse des risques psychosociaux ;
  • l’obligation de prévoir des procédures pour les interventions formelles et informelles ;
  • l’obligation de prendre des mesures de prévention si cela s’avérait nécessaire suite à une intervention, une analyse des risques ou une situation de travail ;
  • le droit de respecter la concertation à propos de la déconnexion.

En tant qu’employeur, rien ne vous empêche d’élaborer dès lors une politique de prévention. Pour plus d’informations ou un suivi plus approfondi, prenez contact avec notre conseiller clientèle.

Sitemap